lnb-argent - proA logo blanc -  Site officiel de l'Elan Béarnais Pau - Lacq - Orthez Retrouvez nous sur : Facebook Twitter android logo bleu Appstore Dailymotion

Palmarès

Les joueurs : Pascal Laperche, Didier Gadou, Christian Ortéga, Philippe Laperche, Freddy Hufnagel, Ben Kaba, Alain Gadou, John McCullough, Paul Henderson, Mathieu Bisséni, Entr. G. Fisher


Pour en arriver là : 1er tour : exempt

2ème tour : bat AEK Athènes 77-83 et 81-61

1/4 de finale : bat Varese 77-75 et 92-82, bat Zadar 90-77, bat Salonique 73-58, battu par Salonique 85-80 et par Zadar 106-93.

1/2 finale : bat Antibes 75-68 et 69-71.

FINALE : Elan Béarnais - Etoile Rouge de Belgrade : 97-73


 

C'est à Trieste que la FIBA avait confié l'organisation de la 12ème finale de la coupe Korac! Mais c'est à Paris que l'Elan Béarnais et l'Etoile Rouge de Belgrade se sont rencontrés... L'élimination des 4 clubs italiens au sortir des poules entraîna effectivement le désistement de Trieste. La finale eut donc lieu salle Coubertin à Paris. La folie était énorme. La salle fut prise d'assaut par tout ce que le Béarn comptait de supporters de l'Elan. Ils étaient près de 4000 à scander "Mathieu, Mathieu" lorsque le Prince Bisséni usa de ses larges épaules pour fendre le rideau humain jusqu'au terrain. Pierre Seillant tenta bien d'emboiter le pas de son équipe mais il y renonça, soudain figé face à une telle clameur. Une clameur qui s'amplifia lorsque les trois réussites consécutives de McCullough, brisèrent le stress présidant à l'entame de la finale et la maladresse qui l'accompagnait. Le break ainsi créé (13-8), l'Etoile Rouge opta pour une défense de zone à laquelle Fisher répondit par l'entrée en jeu d'Hufnagel. On jouait depuis 7 minutes et la vitesse d'un Freddy piaffant d'impatience pour son grand retour favorisa l'accélération béarnaise (32-20). L'immense Zizic (2m12) malmené par Bisséni (13 rebonds au total) fut prié d'aller méditer sur le banc et Bogasavljev fut chargé de défendre sur McCullough. Rien n'y fit.... L'américain boucla le premier acte à 80% de réussite pour 19 points inscrits et ménagea ainsi un bonus de 19 points (40-21) à la pause. Refusant de pâlir davantage l'Etoile s'appuya sur un pressing tout terrain dès la reprise et elle entretint l'illusion en revenant à 49-40 au moment où Bisséni écopait d'une troisième faute quand Ortéga en comptait 4... L'Elan trouva alors en Kaba et Henderson deux relais aussi audacieux qu'efficaces et le public parisien n'eut pas à hausser de quelques décibels ses chants qui ressemblaient déjà à ceux du sacre. L'Elan reprit la clé de ses champs à lui : 64-48 à 13 minutes de la fin. Plus personne ne douta de rien, Pascal Laperche vint donner 21 points d'avance aux Béarnais. Cette finale était celle des Béarnais. Et elle choisit son camp dès la 34ème minute, l'écart culminant à 25 points (83-58). L'entorse de McCullough à 3 minutes de la fin ne jeta pas une once d'ombre sur la fête. Au contraire, Fisher profitait de la chevauchée des siens pour rajouter à l'émotion ambiante : de concert deux frères Gadou (Alain et Didier) et Pascal Laperche pénétraient dans l'arène où le taureau de Belgrade rendait l'âme. Pierre Seillant avait depuis longtemps jailli de son banc pour embrasser tout ce qui passait à portée. L'Elan Béarnais s'imposait 97-73, creusant le plus gros écart jamais enregistré lors d'une finale de coupe Korac...

logo villePau logo cclacq logo PA logo-nouvelle-aquitaine logo peak
logo tigf logo fld logo tempo logo casinoPau logo dpd  logo-hotelina