lnb-argent - proA logo blancproA logo blanc -  Site officiel de l'Elan Béarnais Pau - Lacq - Orthez Retrouvez nous sur : Facebook Twitter android logo bleu Appstore Dailymotion

Centenaire – On jouera ce dimanche 15 janvier 2016 à 18h30, le 100ème classico de l’histoire. Sont pris en compte pour ce calcul TOUS les matches officiels ayant opposés les deux équipes (championnat Pro A et Pro B, coupe de France, semaine ou tournoi des As, Play-off).

50 à 48 – A la veille du centième, les deux équipes ne sont séparées que par deux victoires d’écart. C’est le CSP Limoges qui mène pour l’heure la série : 50-48. Et le 99ème nous direz-vous ? Ce fut en 1983, le seul match nul de la série –il fut supprimé par la suite- les deux équipes ayant marqué 94 points chacune.

Une seule prolongation : De même qu’il n’y eut qu’un match nul, il n’y eut également qu’un seul match avec prolongations entre les deux équipes : la finale de la coupe de France 1995. Limoges s’imposa à Toulouse, 84-83.

Série – Une seule grande et vraie série dans le duel, celle des joueurs de Limoges qui en 87-88 et 88-89 remportèrent les 4 duels de chaque saison et portèrent à 9 succès la série en enlevant le premier match de l’exercice 89-90.

Plus que centenaire- Le classico devient donc centenaire et c’est de lui dont on parle le plus compte tenu des rapports « je t’aime moi non plus » que les deux clubs entretiennent depuis des décennies. Il y a pourtant plus vieux ; ainsi le duel des « vert » Elan-Asvel a-t-il franchi le cap des 100 depuis un moment, le prochain sera le 115ème… Entreront ensuite, normalement et si tout va bien, dans la catégorie d’âge : Le Mans puis Antibes…

Les Pionniers – C’est le 15 octobre 1978, il y aura plus de 39 ans le 15 janvier que se déroula à la Moutète, le premier classico entre l’Elan et Limoges alors promu ! Les béarnais s’imposèrent largement 113-80. Voici les pionniers qui lancèrent l’histoire : Eugène, Perpère, Demont, Hufnagel, Bialé, Duquesnoy, Bisséni, Larrouquis et Lindsey qui avec 29 et 36 points avaient été les artilleurs de l’Elan. Côté Limoges : Moltimore (27) et Apollo Faye (23) jouaient aux côtés de Bolotny, Billet, Dacoury, Livio, Métadier, Rose, Massaud et Mazza. Jean Luent et Jef Dubreuilh étaient les deux coaches.

PROLIFIQUE- La demi-finale retour de la coupe de France 1985 proposait un challenge impossible à l’Elan, remonter les 29 points de retard concédés à Limoges (78-107). Limoges se qualifia sur l’ensemble des deux matches mais le public de la Moutète assista à un petit évènement, la victoire des siens 133-111 ! Vous avez bien lu, 234 points marqués en 40 minutes pour ce qui reste l’un des matches, sinon le match, les plus prolifiques du basket national…

De 40 à 0- Les shooteurs passent dans une carrière par tous les états, la grâce les touche parfois et puis il y a des jours où elle les fuit à un degré que l’on n’ose même pas imaginer. Don Collins et Ed Murphy, restent ainsi les top scoreurs du classico avec 40 points chacun tandis que leur compatriote Paul Thompson fut, en 1987, le seul US de la saga à embrasser « Fanny », ne parvenant pas à inscrire le moindre panier (0 sur 14), ratant également son unique lancer franc... Et dire que ce 2 mai c’était le deuxième round de la finale.

Les classico…vores – Les plus anciens suiveurs de ce duel souvent épique que se livrèrent béarnais et limougeauds ne seront pas surpris de voir les joueurs mythiques des deux clubs en tête du hit parade de ceux qui ont le plus croquer dans le classico.

C’est donc Didier Gadou l’homme aux 20 saisons d’Elan qui en a disputé le plus : 64 éditions ! Richard Dacoury, le « dac », monument du CSP lui aussi, le talonne avec 62 participations. Mais le célèbre numéro 7 limougeaud prend sa revanche en étant le joueur ayant marqué le plus de points lors de ces 99 éditions : 809 ! Du côté de l’Elan c’est Paul Henderson, autre fidèle, qui reste le meilleur réalisateur du classico avec 545 points en 36 participations.

Maintenant si l’on parle de moyenne, et en prenant un minimum de 10 classicos joués pour être pris en compte, les deux stars du CSP que furent Don Collins et Ed Murphy sont imbattables : 28,1 points (12m) pour le « cobra » et 27,8 (12m) pour « Ed la gâchette ».

Cent- Puisque le chiffre cent est d’actualité, on notera que le classico a connu deux périodes très différentes en matière de scores. La frontière entre les deux se situe à l’arrivée de l’Elan à Pau en 1991. Depuis, 58 classicos ont eu lieu et deux seulement ont vu le vainqueur franchir la barre des cent points. En revanche de 1978 jusqu’à la clôture à la Moutète, 21 des 41 classicos avaient eux atteint et dépassés cette barre des 100 points, parfois largement. Question d’époque assurément…



Mathieu Bisseni devant Georges Brosterhous le "classico" faisait le plein à la Moutète aussi.

De gauche à droite : John Tripucka, Stéphane Ostrowski, Thierry Gadou, Richard Dacoury encadrant Mike Jones lors d'un classico au Marché couvert d'Orthez.

Richard Doyle pris dans l'étau, Franck Butter, Richard Dacoury : tout le romantisme du classico
logo villePau logo cclacq logo PA logo-nouvelle-aquitaine logo peak
logo tigf logo fld logo tempo logo casinoPau logo dpd  logo-hotelina