lnb-argent - proA logo blancproA logo blanc -  Site officiel de l'Elan Béarnais Pau - Lacq - Orthez Retrouvez nous sur : Facebook Twitter android logo bleu Appstore Dailymotion

ACTUALITE

Ron Lewis sera l'invité de l'émission Stade Bleu Béarn sur France Bleu Béarn ce lundi 23 janvier de 18h à 19h . L'Américain était absent depuis début décembre suite à une blessure au dos. Il est maintenant tout proche de reprendre la compétition.

L'Elan Béarnais est parvenu à se sortir du piège lorrain en s'imposant face au SLUC Nancy (78-69) lors de la 17ème journée de Pro A, la dernière de la phase aller. En grand danger en tant que lanterne rouge, le SLUC new look comptait bien sur la venue des Palois pour se relancer dans la course au maintien. Une deuxième mi-temps rondement menée par les coéquipiers de JK Edwards les en aura finalement empêchés.

Le 1er acte s'avérait très compliqué pour l'équipe d'Eric Bartecheky. Sur le plan offensif tout d'abord avec une adresse famélique : 8 pts inscrits à 23 % de réussite à la fin du 1er quart (13-8, 10e). Avec DJ Cooper à 2 fautes et surtout un jeu des plus approximatifs (11 balles perdues après 16 minutes de jeu), les Palois avaient du souci à se faire d'autant que le SLUC pouvait s'appuyer sur un excellent tandem Trasolini - Hunt.  A 29-15, puis 35-20 (plus gros écart du match), les Béarnais n'en menaient pas large. Anthony Goods et Yannick Bokolo tentaient bien de réduire l'écart juste avant la pause mais le +11 en faveur des locaux étaient amplement mérité à l'heure du retour aux vestiaires (37-28, 20e). 


Belle force de caractère pour les Palois qui, très nettement bousculés en 1ère période, ont su parfaitement réagir, sans paniquer, après la pause ©Eric Traversié

Changement total de physionomie en deuxième période. Trouvant enfin du rythme en attaque, les Palois signaient un 15-8 pour un premier rapproché (45-41, 25e). DJ Cooper trouvait de plus en plus facilement ses coéquipiers dans un match complètement relancé en l'espace d'un quart-temps (56-53, 30e). Jean-Michel Mipoka égalisait derrière l'arc (56-56, 31e) dès l'entame du dernier quart. Hunt, omniprésent (16 pts, 16 rbds) et Urtasun tentaient bien de réagir mais cette fois les Palois répondaient du tac au tac, Robinson en tête (13 pts). Il fallut tout de même attendre la 37ème minute de jeu pour voir Elie Okobo faire passer l'Elan pour la 1ère fois du match suite à deux lancers convertis (66-67). Le momentum était clairement en faveur des visiteurs. Sûrs d'eux, les Palois effectuaient les stops défensifs au cours de ces instants décisifs. Antywane Robinson puis Elie Okobo (9 pts) particulièrement en évidence au cours de cette série fatale pour les Lorrains (10-0),  claquaient deux dunks qui scellaient le sort de cette rencontre. Au final l'Elan s'impose après un deuxième acte parfaitement maîtrisé et débute son road-trip de la meilleure des manières. Prochaine étape : mardi prochain en Hongrie pour un match décisif face à l'Alba Fehervar en FIBA Europe Cup.


 

logopro a2 PRO A - J17
NANCY - ELAN BEARNAIS  69-78
(13-8, 24-18, 19-27, 13-25)
Samedi 21 Janvier 2017
20:00
Palais des sports Jean Weille, Nancy 
D.Chambon, T.Kerisit, A.Deman 
NANCY - ELAN BEARNAIS 71-42

Retour sur la 3ème victoire à l'extérieur de la saison signée à Nancy samedi soir (78-69) qui permet à l'Elan (12v, 5d) de terminer la phase aller du championnat sur la 3ème marche du podium derrière Monaco et Chalon/Saône.

Eric Bartecheky (entraîneur) : "Nous n'étions pas du tout dans le bon tempo en début de match avec beaucoup trop de shoots rapides, un gros manque d'efficacité de notre part et aussi beaucoup trop de pertes de balles. Nous n'étions pas si mal lotis avec "seulement" 11 points de retard à la pause. En deuxième mi-temps, on a réussi à beaucoup mieux jouer en attaque, en ne perdant qu'une seule balle en 20 minutes et on a également mieux défendu. Avec ses deux fautes au compteur, on a décidé de laisser un peu sur le banc DJ Cooper en 1ère mi-temps mais aussi parce qu'on sentait qu'il n'était pas dans le bon rythme. Cela fut bien différent par la suite, ce dernier gérant parfaitement le tempo du deuxième acte, distribuant le jeu et retrouvant toute son efficacité. Nous sommes forcément très satisfaits de gagner à l'extérieur car ce n'est jamais chose aisée. Le bilan comptable à mi-parcours est bon avec 12 victoires. Le succès du soir nous permet d'envisager un beau rendez-vous pour la prochaine journée avec la réception de Chalon/Saône, 2ème à une victoire devant nous au classement. Tant mieux si ce match à gros enjeu peut permettre de remplir le Palais une troisième fois de suite."


 

Jean-Michel Mipoka : Est-ce la fatigue ? Est-ce la nervosité liée au fait qu'on n'avait pas gagné depuis un bon moment  à l'extérieur ? la volonté de trop bien faire ? je ne sais pas mais toujours est-il que notre entame n'a pas été du tout la bonne et on s'est rapidement retrouvés en difficulté. Le seul point positif à la mi-temps était qu'on n'avait pas pris un vrai éclat comme cela avait pu nous arriver par le passé. On sentait sur le parquet qu'il ne nous manquait pas grand-chose pour inverser la tendance. C'est ce qu'on a réussi à faire au retour des vestiaires avec une belle force mentale, tout en sérénité. On savait qu'on ne remonterait pas cet écart en 15 minutes mais on ne s'est pas affolés pour autant. Il n'y a pas eu de panique chez nous mais plutôt de la révolte. L'aspect psychologique a du jouer en fin de match car on savait qu'on disposait de plus de vécu qu'eux. Ce succès donne du crédit à notre belle dynamique à domicile. 12 victoires, c'est plus que positif à la fin des matches aller mais on ne va pas se gargariser avec cela. On n'a rien gagné jusqu'ici. Le plus dur est devant nous car on a désormais un statut à défendre et à chaque week-end ce sera la guerre."

Antywane Robinson :  "On se doutait bien que cette équipe de Nancy allait faire preuve d'agressivité en début de match car elle se devait de gagner dans sa lutte pour le maintien. Bien que prévenus, nous avons pourtant mal débuté la partie en n'étant pas dans le bon tempo. On s'est dit à la mi-temps qu'on était en train de se battre nous-mêmes avec nos 11 ballons perdus (seulement 12 en fin de match !) et qu'on passait sûrement à côté d'une belle occasion pour gagner à l'extérieur. Dès qu'on a pu revenir à hauteur du Sluc, le match fut différent. Nos adversaires étaient plus nerveux, hésitant chacun à prendre les shoots. On est tous apparus plus concentrés qu'en première mi-temps  et l'apport de notre banc a été très précieux. (à propos de la 3ème place) c'est tout sauf une surprise pour moi. On a des bons joueurs disposant de beaucoup d'expérience et des jeunes déjà opérationnels."

Alors que la phase aller se termine à l'occasion de ce lointain déplacement à Nancy (match samedi à 20h) l'Elan Béarnais demeure la seule équipe de Pro A invaincue à domicile. Ce parcours brillant au Palais, 9 succès en autant de matches, permet aux Béarnais d'occuper seuls la 3ème marche du podium avec un bilan  largement positif (11v, 5d). Cette solidité contraste malheureusement avec les difficultés rencontrées depuis plusieurs semaines lors des déplacements, l'Elan restant sur 4 revers consécutifs loin de ses bases. Il faut remonter au 07 novembre pour trouver la trace d'une dernière victoire à l'extérieur, celle signée au Portel (72-63). Certes depuis, les hommes d'Eric Bartecheky se sont rendus chez de sacrés clients (HTV mais surtout Monaco, Chalon/Saône et Nanterre) mais la tendance s'est tout de même confirmée en FIBA Europe Cup où les deux seuls revers ont également été concédés lors de deux déplacements. Forts de ce constat, c'est avec beaucoup de prudence que les hommes d'Eric Bartecheky abordent cette rencontre, même si le SLUC (18ème, 3v, 13 d) n'est pas au mieux.

Les journalistes présents au Palais pour le traditionnel point-presse d'avant match ont forcément voulu comprendre ce qui pouvait expliquer cet Elan à deux visages. Le technicien palois a son idée sur la question : "C'est sûrement un problème mental, dans l'approche des rencontres car on ne parvient pas à être constants durant 40 minutes. Soit on est dans le match un long moment comme à Chalon ou Monaco  puis on prend un éclat, soit on débute très mal comme à Nanterre. On gère mal le tempo lors de nos matches à l'extérieur, on manque de contrôle. Il faut être capable de ne pas donner la possibilité à l'adversaire de s'emballer. Bien souvent on prend des shoots trop rapides, on cherche à jouer vite et on s'expose à des contres. Le tempo doit vraiment être différent de celui des matches à domicile. Ce n'est pas faute de prévenir les gars mais bon, c'est peut être aussi l'identité de l'équipe qui veut ça mais il va falloir progresser sur ce point si on veut s'imposer un jour à l'extérieur."

Chez les joueurs aussi, à l'image d'Elie Okobo, qui a reçu en milieu de semaine l'oscar Sud-Ouest, on voudrait bien voyager gagnant : "On va être prudents bien sûr car face à nous, on va avoir une équipe remodelée et avec un nouveau coach à la barre. On imagine bien qu'ils vont avoir le couteau entre les dents puisqu'ils ont entamé l'opération maintien. Il va falloir être à 100%  d'entrée de match et surtout évoluer en équipe jusqu'à la fin du match, sans se déconcentrer ou se désunir. C'est ce que nous n'avons pas su faire lors de nos dernières sorties.Aujourd'hui on est seuls 3èmes alors oui on peut dire qu'on a un statut à défendre même si nous n'en sommes qu'à mi-parcours. Malgré l'enchaînement des matches, j'ai le sentiment qu'on est en forme. L'ambiance est excellente et tant mieux du reste car on s'apprête à nouveau à vivre un sacré road-trip (la délégation paloise ne rentrera pas après la rencontre mais prendra directement la direction de la Hongrie depuis la Lorraine afin d'aller disputer le match décisif à Fehervar mardi prochain)


L'adversaire

Personne bien sûr ne pouvait imaginer une saison aussi galère pour Nancy, surtout après les exploits de début de saison signés à Chalon/Saône puis face à Monaco, les 2 leaders du championnat. Malheureusement depuis, la série de 8 revers en 9 matches a plongé les Lorrains dans le doute. Le cuisant échec face à Strasbourg (106-75) avait fini par coûter sa place à Alain Weisz, remplacé alors par l'expérimenté Greg Beugnot. Ce dernier a vécu son 1er succès à la tête de l'équipe face à Orléans mais deux nouveaux revers à l'extérieur (à Nanterre et à Villeurbanne) n'ont pas permis depuis d'enclencher une série positive. Cependant ce SLUC new-look (1er match du pivot Elton Brown ce week-end, le meneur de 38 ans Demond Mallet a fait ses débuts lors de la dernière journée face à l'ASVEL et Jonathan Jeanne est arrivé en prêt du Mans) inspire de la méfiance côté Eric Bartecheky : " Nancy n'était pas si loin que cela de gagner à Nanterre. Je les trouve beaucoup plus en place et solides défensivement. En attaque, cela joue de façon assez simple mais il y a du talent avec Hunt, Trasolini, Rush, ou Sene. Il y a eu beaucoup de changements mais avec un poste 5 comme Brown qui va leur apporter son jeu dos au panier, cela va être une équipe compétitive."

C'est encore une fois en mode commando que l'Elan aborde ce déplacement : "Avec le peu de temps de préparation qu'on a avant ce rendez-vous, on a comme toujours essayé d'aller à l'essentiel entre 2 séances d'entraînement et le travail en vidéo. On fait beaucoup appel à l'expérience des joueurs dans ce cas-là. On n'a pas trop le choix. On ne peut pas aller trop loin dans les efforts car n'oublions pas qu'on a joué dimanche dernier, mercredi et qu'il y a en plus le voyage. Comme je dis toujours, le match le plus difficile est celui à venir car c'est l'enchaînement des rencontres qui est complexe."

logopro a2 PRO A - J17
NANCY - ELAN BEARNAIS  
Samedi 21 Janvier 2017
20:00 ( à 15h)
Palais des sports Jean Weille, Nancy 
D.Chambon, T.Kerisit, A.Deman 
En direct sur 

Retrouvez ci-dessous les réactions d’après-match après la victoire de l’Elan Béarnais face l’U-BT Cluj (103-83) :

Vlad Moldoveanu: "C’était un match difficile, très physique. On savait à quoi s’attendre mais ils nous ont rendu le match très compliqué. De notre côté, nous ne sommes pas parvenus à les arrêter, ils ont marqué trop facilement, on n’a pas réussi à imposer assez de dureté. Chez nous, la zone avait fonctionné parce qu’ils n’avaient pas une bonne réussite mais ce soir, ils se sont adaptés et les joueurs ont su mettre les paniers qu’ils n’avaient pas mis à l’aller."

Mihai Silvasan, coach de l’U-BT CLUJ : "Je voulais féliciter l’équipe de Pau pour leur match. Ils réalisent une très bonne saison en coupe d’Europe et en championnat de France et je leur souhaite bonne chance pour le reste de la saison. Par rapport au match de ce soir, si notre attaque a fonctionné, on perd sur notre défense qui n’a pas su répondre présente. On les a laissés marquer trop facilement, jouer en transition sans couper le jeu… Maintenant on a perdu toute chance de se qualifier pour le prochain tour, on va donc entièrement se concentrer sur le championnat roumain."


Anthony Goods : "On voulait aussi profiter du match de dimanche pour continuer sur notre lancée et gagner ce soir par rapport à notre contre-performance du match aller. Pour ma part, j’essaye de bien m’entraîner et de jouer de la même façon.  Concernant l'adresse, des fois ça rentre comme ce soir et d'autres fois non. (à propos de son passage à Pau qui se termine la semaine prochaine) Je voulais remercier l’ensemble du club et tous les supporters qui ont été comme une famille, ça a été une merveilleuse expérience de jouer ici. "

 

Eric Bartecheky, coach de l’EBPLO : "J’ai trouvé l’équipe de Cluj très accrocheuse. Même si on a réussi à prendre un peu d’avance en première mi-temps, il a fallu batailler jusqu’au bout pour la garder, notamment pour reprendre la différence (défaite de 10 points au match aller). On n’a pas eu à faire de grands discours pour préparer cette rencontre, on a juste rappelé qu’il fallait gagner pour ne pas être éliminés et on a aussi joué sur l’égo des joueurs par rapport à la défaite concédée à l’aller. Notre réussite à trois points, avec notamment Anthony (Goods) qui fait 5/5, nous a permis de garder Cluj à distance. C’était un match très tactique et avec une haute intensité, on va pouvoir s’en servir pour la coupe d’Europe mais aussi pour le championnat de France. Maintenant, l’équation est simple : il faudra gagner en Hongrie pour finir premier. Mais avant ça, on va penser au match de Nancy qui arrive vite et ça ne sera pas simple là-bas. Je l’ai dit aux joueurs, on a deux entrainements pour se préparer, il faut tout de suite se tourner vers cette prochaine échéance. "

BILLETTERIE

PUBLICITE

Animation-renault-Pau

BOUTIQUE

LE BASKET EN CLAIR

logo villePau logo cclacq logo PA logo-nouvelle-aquitaine logo peak
logo tigf logo fld logo tempo logo casinoPau logo dpd  logo-hotelina