lnb-argent - proA logo blancproA logo blanc -  Site officiel de l'Elan Béarnais Pau - Lacq - Orthez Retrouvez nous sur : Facebook Twitter android logo bleu Appstore Dailymotion

L'Elan à Fleur de Pau

Un classico "citoyen"

Dimanche, vous n'avez pas pu les manquer ! Sandrine et Maïté, futures participantes du rallye des Gazelles, étaient présentes pour le classico et ont exposé leur véhicule devant le Palais des Sports. L'Elan Béarnais a souhaité donner un coup de pouce à ce tandem fort sympathique et motivé  qui a présenté son aventure à tous les spectateurs de cette affiche Pau - Limoges. 

 

 

Le rallye Aïcha des Gazelles du Maroc est une aventure internationale, humaine et unique en son genre.

C’est le seul Rallye Raid 100 % féminin.

Depuis 1990, il rassemble chaque année plus de 300 femmes de 18 ans à 65 ans et de 30 nationalités différentes dans le désert marocain.

Le Rallye Aïcha des gazelles du Maroc développe une autre vision de la compétition automobile: pas de vitesse ni GPS . 2500 kms en 8 jours en plein désert Marocain, uniquement en hors-piste avec une navigation à l’ancienne (carte et boussole), l’équipage gagnant est celui qui fait le moins de kilomètres.

Le Rallye met sa force et son image au service de tous par le biais de l'association Cœur de Gazelles, cette association permet l’accès aux soins pour les populations des régions reculées du Maroc, l’aide à l'enfance et la scolarisation.

Sandrine et Maité "Les pegas’elles", sont deux collègues de travail de la région paloise qui ont décidé de relever ce défi et de représenter le Béarn au volant de leur 4x4.

Pour réaliser ce projet, votre soutien est nécessaire, n’hésitez pas à les contacter.

Adresse Mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site internet: http://www.pegaselles.fr

Facebook : les pegas’elles – Rallye Aicha des gazelles 2017



L'association Link'Rope sera également à l'honneur en tribune associative, invitée par l'Elan à Fleur de Pau. Présentation.
Cette association est née de la rencontre de personnes issues de milieu aussi divers et variés que l’escalade, la slackline, la highline, la spéléo, le canyoning… Tous ces pratiquants avaient plusieurs passions en commun : les techniques de corde, le plaisir de la sensation du vide et l’envie de découvrir de nouveaux sites naturels d’une manière nouvelle et atypique. Link’Rope a pour but la démocratisation et l’encadrement de la pratique de plusieurs sports : la slackline (funambulisme sur sangle) sous ses différentes formes et le saut pendulaire ou rope jump (chute libre assistée par des cordes), ceci avec un souci de respect de l’environnement et une préoccupation constante de la sécurité des pratiquants. Nous cherchons constamment de nouveaux lieux, insolites, connus ou tout simplement beaux ou impressionnants, pour installer de nouveaux sauts pendulaires et de nouvelles highlines, dans le but de faire connaître ces lieux, et de promouvoir ces nouvelles activités. Nous recherchons aussi à repousser sans cesse les limites. Nous souhaitons installer des sauts pendulaires et highlines toujours plus hauts, plus longs, dans des endroits inattendus, tout en restant dans une démarche de sécurité absolue. Tout cela se fait bien sûr dans le respect du site, en essayant de limiter au maximum notre impact, dans le but de faire connaître ces lieux, leur richesse, et quelque part, de les embellir avec un regard nouveau. Du fait de la diversité des activités et métiers de nos membres et de l’expérience que nous avons pu acquérir individuellement ou collectivement, nous sommes capable de concrétiser des projet sur une multitude de terrain varié, pour des projets aussi divers et variés ou seul notre imagination en est la limite…

Présentation des activités:

- Slackline : La slackline (Littéralement de l'anglais : ligne molle) est une pratique sportive récente s'apparentant à première vue au funambulisme. Malgré son jeune âge, elle a rapidement su conquérir les parcs et jardins publics. Elle se distingue du funambulisme classique par l'utilisation d'une sangle élastique, ainsi que par l'absence d'accessoire de type balancier et d'une absence de stabilisation de la sangle. La sangle utilisée, communément appelée "slack", est tendue entre deux points d’ancrages (arbres, poteaux, points d'ancrage d'escalade…) à l'aide d'un système de tension facilitant sa mise en place (Cliquet, mousquetons ou mouflage sur poulies). La slackline se décline en de nombreuses disciplines, en fonction de la longueur, du lieu, de la hauteur, de la pratique sur la sangle. Cette liste répertorie les pratiques dissimulées derrière un vocabulaire couramment utilisé par les pratiquants.

- Shortline : C’est la pratique la plus accessible et la plus connue du grand public. Elle s'effectue sur une sangle de longueur limitée (jusqu'à 15 mètres environ), souvent près du sol (de 30 à 60 cm environ), ce qui est idéal pour les débutants, rapidement mis en place et utilisable par toute la famille.


Link'Rope Ropejump 200m - Mallos de Riglos from link rope on Vimeo.

- Highline : à partir de l'instant où la hauteur de la sangle implique d'être assuré pour une pratique sécurisée. La pratique de la highline fait un lien direct avec celles de l'escalade et de l'alpinisme, par la recherche de lieux adaptés, situés la plupart du temps en montagne, souvent à proximité des lieux d'escalade.

- Jumpline : Cette variante de la slackline est spécialement réservée aux sauts acrobatiques. On utilise à ces fins des sangles de faible élasticité, ce qui a pour effet de renvoyer l'énergie qu'on y met plutôt que de l'absorber et permet de faire des sauts de grande amplitude.

- Longline : Cette pratique s'intéresse à la traversée de distances de plus en plus longues, on parle généralement de longline lorsque la sangle tendue dépasse les 30 à 50m.

- Waterline : La pratique de la waterline s'effectue en tendant une slackline au-dessus d'un cours d'eau, de la mer, d'un lac... La traversé d’une waterline n’a rien d’évident, du fait des mouvements de l’eau qui perturbe complètement les points de repère !

- Saut pendulaire : Le saut pendulaire (ou rope-jump en anglais) est né dans les années 90 avec comme précurseur de la discipline le mythique grimpeur américain Dan Osman. C’est une pratique sportive s'apparentant à première vue au saut à l’élastique. Elle s'en distingue cependant clairement par la trajectoire du saut : semi-circulaire de balancier pendulaire et non purement verticale ainsi que par l'utilisation d’un montage sophistiqué permettant de transmettre les efforts à plusieurs cordes afin de réduire les efforts. On distingue 4 grandes fonctions aux cordes utilisées en saut pendulaire : - Les tyroliennes (cordes semi-statiques) sont tendues (tension faible) entre le haut de la falaise et en son contrebas. - Les cordes de saut (cordes dynamiques) sont celles qui relient le baudrier du sauteur aux tyroliennes. - Les cordes de réglages (cordes dynamiques) sont celles qui maintiennent les cordes de saut sur les tyroliennes. Ce sont elles qui seront utilisées en cas de secours. - La corde de rappel (corde semi-statique) est utilisée pour sortir du montage. Contrairement au saut à l’élastique, la nature du montage implique que l’exit se trouve décalé des ancrages, car le taux d’élasticité est plus faible pour une corde qu’un élastique traditionnel. Ainsi, la trajectoire du rope-jumper sera perpendiculaire aux tyroliennes et parallèle à la falaise. Le sauteur est d’abord en phase de chute libre verticale, puis dans une deuxième phase, le montage apporte une composante horizontale à la trajectoire, la dernière phase consiste à la trajectoire du balancier servant à dissiper la vitesse.

 

Le rope-jump se décline en deux disciplines, en fonction de la nature des ancrages :

- Ponting, les ancrages des cordes de saut sont donc fixes. Ainsi, le montage est beaucoup plus simple, car le tablier du pont vient remplacer les tyroliennes et les cordes de réglages. La hauteur de chute ne doit pas excéder un certain seuil à cause de la nature fixe des ancrages qui soumet le rope jumper à un choc plus grand.

- Rope-jump : pratique demandant une plus grande connaissance en technique de corde et une préparation plus longue, car beaucoup de paramètres entrent en jeu : logistique, aérologie, trajectoire, équipement spécifique... Elle s’effectue en général à partir d’une falaise, et autorise une chute beaucoup plus grande. La configuration du montage permet un amortissage complet en fin de trajectoire par l'ensemble du système de rope jumping





 



 

logo villePau logo cclacq logo PA logo-nouvelle-aquitaine logo peak
logo tigf logo fld logo tempo logo casinoPau logo dpd  logo-hotelina